Comment choisir la literie d’une personne à mobilité réduite ?

12Nov - by Damien - 0 - In Bien Etre

Une personne à mobilité réduite (PMR) est un individu qui éprouve des difficultés dans ses déplacements et ses mouvements. Elle a parfois besoin d’assistance dans la réalisation des actes essentiels de la vie quotidienne (se lever/se coucher, se laver, s’habiller…). Il s’agit généralement d’une personne âgée, malade ou en situation de handicap. Une PMR a besoin de literie et chambre adaptées à ses problèmes de motricité.

L’accessibilité du lit

Pour une PMR, le sommier doit avoir une hauteur permettant à la personne d’accéder facilement à son lit. L’idéal est d’avoir un couchage se trouvant entre 50 à 60 cm du sol (hauteur du matelas comprise). Si l’individu se déplace en fauteuil roulant, le siège de celui-ci doit être de la même hauteur que le matelas. Cela facilitera la transition lit-fauteuil et fauteuil-lit.

Un lit doit être également équipé de barre d’appui permettant à la personne de se cramponner pour se lever. Une barrière de lit escamotable joue ce même rôle tout en protégeant le dormeur d’éventuelle chute pendant le sommeil. À noter qu’il faut aussi laisser un espace de 1,50 cm sur chaque côté et sur le pied du lit. Cela permet de circuler librement en tenant la personne par la main, ou lorsque la personne se déplace en fauteuil.

Les fonctionnalités du lit

Dans certains cas, la maladie et le problème de motricité obligent la personne à s’aliter pendant une longue période. Cela implique qu’elle doit y rester parfois même si elle ne dort pas. Aussi, le lit doit disposer de fonctions de base comme la hauteur réglable, la relève-buste et la relève-jambe. Pour trouver une telle literie, tournez-vous vers le lit articulé ou lit TPR (tête et pied relevable).

Avec ce lit, il suffit d’actionner le bouton d’une télécommande pour relever le buste du sommier pour s’asseoir. Il permet aussi de relever les pieds pour dégourdir les jambes. De plus, il suffit de mettre le lit à la hauteur désirée pour y accéder ou pour en sortir.

Les éléments de la literie

Le matelas

Le matelas doit être choisi en fonction de la gravité du problème de santé ou du problème de motricité. Il y a le matelas orthopédique qui peut aider les personnes souffrant de douleurs articulaires ou musculaires. C’est un couchage en vente libre et qui n’est pas pris en charge par l’Assurance Maladie. Il y a ensuite le matelas médical ou le matelas anti-escarres destiné aux personnes devant s’aliter pour une longue période. Son achat peut être remboursé par l’Assurance Maladie s’il est prescrit par un médecin traitant. Attention : il faut éviter les matelas qui s’affaissent, car ils compliquent le mouvement de la personne à mobilité réduite.

Les oreillers

Il est préférable de disposer d’oreillers et de coussins de différentes tailles. D’abord, il faut un oreiller qui s’adapte à la morphologie et qui permet un bon alignement de la colonne vertébrale. Ensuite, il faut des coussins permettant de surélever les différentes parties du corps. À défaut de lit TPR, il faut de coussins permettant de soutenir le dos en position assise.

 

Le corps de lit

Si le lit TPR n’est pas indispensable, pensez néanmoins à bien choisir votre sommier. Ce dernier doit offrir un bon soutien pour le corps affaibli de la PMR. Il doit aussi permettre une bonne aération de la literie afin d’éliminer facilement les odeurs, l’humidité et l’amas de saleté. C’est le sommier à lattes qui répond parfaitement à ces critères.

Les accessoires

Il existe de nombreux autres accessoires pouvant équiper le lit d’une personne à mobilité réduite. Vous avez, entre autres, la table de lit et l’arceau de lit. Le premier permet de prendre son repas et ses médicaments sur le lit. Le second est installé au-dessus des jambes pour éviter la lourdeur des couvertures et des draps.

Découvrez également ici plus d’information. D’autres articles intéressants sont également visibles sur ce site.